Actualité

Léger rebond des retards de paiement en France D’après le baromètre des comportements de paiement d’Altares, le délai moyen des retards rebondit en France au 3ème trimestre et continue sa progression en Europe.

En France, le retard moyen repasse de 10,5 à 11,8 jours, au même niveau qu’au premier trimestre. Il reste relativement stable depuis 2006, restant dans une fourchette de 1 jour, entre 11,5 et 12,4 jours.

La situation se dégrade plus nettement en Europe, dont le retard moyen s’élève à 13,7 jours, son plus haut depuis dix-huit mois. On relève en particulier une forte poussée en Italie (17,6 jours, +2,4 jours par rapport au premier trimestre) et au Portugal (29,2 jours, +3,1 jours).

Les frais de recouvrement en matière commerciale (La Directive européenne 2011/ 7/ UE relative à la lutte contre les retards de paiement dans les transactions commerciales) ont été transposés en France en mars 2012.

Le décret d’application du 2 octobre 2012 prévoit une indemnité forfaitaire de 40 € pour frais de recouvrement en matière commerciale.

Faut-il craindre la montée des défaillances d’entreprises ?

De nombreuses sociétés, assureurs-crédits et autres pourvoyeurs de statistiques, s’alarment de l’augmentation des défaillances d’entreprises en 2012. Faut-il vraiment s’en inquiéter ?

D’après Altares, le nombre de défaillances a crû de 2,7% en 2012, avec toutefois un peu moins d’emplois menacés (245 300, -0,8%). Les grandes entreprises semblaient davantage atteintes en début d’année, maintenant les TPE.

D’après la Banque de France, le cumul sur 12 mois du nombre de défaillances a dépassé les 60 000 en octobre dernier, mais c’était déjà le cas en février 2012 et ce chiffre est redescendu en novembre.

En réalité, il est difficile d’apprécier ces chiffres, sachant que le nombre de nouvelles immatriculations avait fortement augmenté les années précédentes, passant de 218 000 en 2008 à 296 000 en 2011, selon les greffes des tribunaux de commerce.

Or il y a une certaine inertie entre le moment de création et l’éventuelle disparition de l’entreprise.

Bien sûr, les statistiques ne sont pas une garantie pour votre poste clients. Il convient de prendre des précautions, par exemple en vous renseignant sur la santé financière de vos prospects et clients.